ESPACES interculturels CINEMA

20 février 2011

Nouveau BLOG

Bonjour,

je pensai en avoir fini avec les ordinateurs, les blogs mais voilà mes petits copains n'ont pas voulu me laisser partir sans un portable higt tech 17 pouces, difficile à mettre dans un tiroir, assorti d'une inprimante ; comme je suis pas du genre à revendre mes cadeaux sur internet,me revoilà.

Pas question pour autant de reprendre mes commentaires cinéma après cette coupure, mais j'avoue que j'ai été un peu honteux quand je me suis rendu compte que ce blog continuait à recevoir nombre de visites chaque semaine; alors voilà je me suis décidé à me remettre au clavier .

Je me suis dabord défoulé sur un site avec un peu d'humour car j'estime comme SOLLERS que "l'humour est un symptôme critique révolutionnaire qu'il faut arracher à ses utilisations de simple décharge: c'est un instrument de connaissance, une façon d'arracher le masque d'une certaine forme d'hypocrisie, sans cesse renaissante, toujours à combattre"

Ce site est consacré à la mythologie du Foot-ball marseillais pour que celles et ceux qui ont l'intention de venir dans notre citée en 2013 (capitale européenne de la culture) ne soient pas trop dépaysées avec nos coutumes olympiennes.

Voici l'adresse pour y accéder:

http://olympienmarseillais2013.e-monsite.com/

Et voilà pour me faire pardonner mon abscence j'ai travaillé à un NOUVEAU BLOG un peu différent de celui-la (uniquement consacré aux cinéma)

Je me mettrais au travail à partir du 1° Mars ( un commentaire tous les vendredi pour laisser aux visiteurs le temps de s'organiser pour le week-end si mes commentaires interéssent ?) mais Déjà vous pouvez aller en découvrir le Contenu de ce que je compte faire... si tout va bien

vous pouvez accéder à ce site qui s'intitule : Y A QUOI A CHERCHER ? par l'adresse qui suit:

http://yaquoiachercher.canalblog.com/

j'espère qu'il ne décevra pas? (oui, il y aura aussi des commentaires de films de la semaine)

Bien évidemment vos commentaires, critiques sont toujours les bienvenues!

Amitié

alex

Posté par uscgtaphm à 17:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]


01 décembre 2010

CLAP DE FIN

Voilà c'est ici que s'achève les commentaires sur les films d'actualités d'ESPACE CINEMA.J'ai essayé par mes petits commentaires sur le contenu des films de montrer que chaque film renferme une ou des significations pas toujours évidentes au regard..

j'ai essayé de privilégier des film d'auteurs qui avaient une fonction sociale autre que simplement divertir. Le cinéma, comme l'ensemble des pratiques artistiques, exige que l'on regarde l'aspect esthétique du langage , les images et les sons et comment au final tout cela s'articule autour d'une possible théorie d'ensemble de l'art;

La seule façon de conserver en France un cinéma de qualité qui trouve sa place dans la culture nationale  c'est qu'il rentre à l'école pour faire comprendre aux jeunes à quoi sert le cinéma, apprendre à mieux voir, pas seulement avec les yeux. Présenter de nouveaux usages, de nouvelles fonctions; apprendre à  s'en servir soit même....

Ce blog m'a procuré tout au long des 3 ans beaucoup de plaisir: 10 500 visiteurs dont plus de 600 des quatre continents, pratiquement au moins 1 visiteur de tous les pays.
Un grand merci à toutes et tous.

Ce blog m'aura aussi permis, au hasard des messages laissés, d'aller voir d'autres blogs et pas que sur le cinéma
Au fil du temps des liens se sont créées, des échanges d'idées ont comme dit une amie blogueuse, "apportés du grain à moudre à l'autre", bref, cette expérience m'a beaucoup enrichie mentalement ce qui était déjà le but recherché

On ne m'en voudra pas je pense de citer sans ordre ces 8 blogs dont aucun n'est pareil
HELENABLUE
FRESBY
DASOLA
LUC
OLIVIER
MATA
GALIEN
EXOBNKR


Bonne continuation a tous

et que le cinéma nous procure encore beaucoup d'idées nouvelles pour que les choses bougent dans le bon sens et nous apporte un véritable progrès social.!

Docu0001

Athl_te

Posté par uscgtaphm à 09:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]

30 novembre 2010

PIEDS NUS SUR LES LIMACES: : DECOUVERTE EMOTIVE ET SENSORIELLE

On ne peut pas dire que FABIENNE BERTHAUD écrive des histoires faciles, mais c'est jamais non plus des histoires qui font désespérer du genre humain. Son premier film  "FRANKIE" avait été une longue bataille pour trouver un financement; quand elle avait presque trouvée un producteur, celui-ci refusait que Dianne KRUGER soit l'actrice principale !. Bref, il a fallu 3 ans avec 27 jours de tournages dispersés pour quelle réussisse, avec sa camera DV et son assistante, à mener à bien ce premier film "On filmait quand Diane était à Paris, entre deux  tournages hollywoodiens. Entre temps, elle était devenue une star . Une chance pour ma Sortie.MK2 a accepté de distribuer le film  qui a fait le tour du monde" (F . B)

Le tournage des Pieds nus... a été plus facile vu le succès précédent." J'ai enfin pu faire un vrai film de cinéma tout en gardant le plus de liberté possible et espérer des moments de jeu magiques. Je n'ai pas envie que mes films aient l'air fabriqués. Je veux qu'on y sente la vérité....avec cette touche de poésie qui correspond à ma sensibilité".
Comme elle le dit :"elle fait des films et écris des romans pour "réveiller les gens"...Il n'y a que nous même pour nous sauver la vie de cette société qui nous met dans des carcans"

C'est Baudelaire qui écrivait:

"la nature est un temple où de vivants piliers laissent parfois sortir de confuses paroles:

L'homme y passe à travers des forêts de symboles qui observent avec des regards familiers

("Splean et IDEAL IV)

Ça correspond bien avec l'ambiance du décor de ce film. LUDIVINE SAGNIER est une LILY qui  est une femme dans son corps mais dont la tête vagabonde dans un monde off, à part de celui de la société qui l'entoure et dans lequel sa grande sœur à trouvé sa stabilité.

"J'ai plus travaillé la normalité de LiLy que sa folie. Ce film nous interroge sur notre propre normalité. Lily est très décalée. Sa trop grande sensibilité l'empêche de s'intégrer dans la société. Contrairement aux gens dits " normaux" elle ne supporte pas les compromis, elle est libre de dire certaines vérités...Sous son influence sa sœur se libère des schémas imposés".-LUDIVINE SAGNIER-

C'est vrai que dans la vie vivre de telles situations demande un courage énorme, beaucoup de patience pour comprendre et rentrer en communication avec l'être  qui n'est pas assez perturbé pour accepter  sa mise  en institution et pas assez lucide pour vivre seule la vie dans la quelle elle est enfermée: "chez moi c'est à l'intérieur que ça se passe" (LiLY)

Fabienne n'a guère utilisée plus de caméras que la première fois; une à l'épaule et une fixe visant à faire ressortir les différences des êtres ( deux sœurs).elle ne cherche pas les effets ,( elle aime l'aspect granuleux des images et remercie sa chef opératrice de ne pas avoir porté préjudice à sa façon de travailler:" Il est certain que l'angle de la prise de vue, les rapports de densité, le contraste, le grain et tout ce qui définit l'apport expressif de la lumière dans la photographie jouent un rôle primordial dans le processus de signification au cinéma" -JP LEBEL (cinéma et idéologie)-. Elle s'est contentée de faire beaucoup de prises en exigeant par exemple que pour les extérieur on se calque sur la lumière du jour pour filmer les scènes. Pour la musique elle a sollicité MICHAEL STEVENS qui a travaillé pour les films de CLINT EASWOOD ( guitares et synthé) et d'autres morceaux de MANU KATCHE, KYLE EASTWOOD.

On sait que les animaux aident les enfants victimes de ce coup du sort à exprimer des signes extérieurs de bonheur (le Cheval est souvent cet ami silencieux) Ici, on est encore plus surpris et conquis par la présence de ce DINDON calin. Le Titre "les pieds nus sur les limaces" est un petit bonheur de malice comme tous ceux choisis par la Réalisatrice.

On rentre dans la salle avec de petites appréhensions on en ressort 1h 50 plus tard avec beaucoup de sérénité et un plaisir partagé.

*


Posté par uscgtaphm à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2010

A BOUT PORTANT : RETENEZ VOTRE SOUFFLE

Ce n'est pas le genre de film qui s'appuie sur un scénario fortement dialogué, c'est même le contraire. FRED CAVAYE s'est fait plaisir avec un film d'action totale, des courses endiablée à la marathon man agrémentées de scènes de violence pour alimenter le suspens de bout en bout.

Selon ce Réalisateur, qui semble plaire aux Américains (remake de son 1° film " pour elle"), l'Amour à défaut de nous donner des ailes nous pousse parfois à faire des choses dont on ne mesure pas la dangerosité comme dans " A BOUT PORTANT". le sujet est une histoire d'amour menacée par le hasard: "C'est forcement plus intéressant quand ce sont des personnages ordinaires qui se trouvent confrontés à des situations extraordinaires. Le spectateur a alors plus de facilité pour s'identifier à eux, à plus forte raison des lors qu'il s'agit d'un homme et d'une femme amoureux.(F C)

Fred CAVAYE n'a rien perdu de son passage dans le milieu de la mode ni des images de ses courts métrage qui lui ont valu une certaine distinction ( "IL y a  dans l'image de  Alain DUPLANTIER (directeur photo). quelque chose de purement  cinématographique que j'aime beaucoup....Son utilisation des optiques permettent de jouer sur la profondeur du champ". Ici le pari était d'être à la fois très réaliste et très cinématographique". Il s'est appuyé aussi sur l' équipe de son premier long métrage, et sur la musique de KLAUS BADELT ( " L'ARNACOEUR", "PETIT NICOLAS")

"Ce qui m'a séduit dans la lecture de ce scénario c'est sa construction implacable, ses rebondissements incroyables, son culot -...Ce n'est pas si courant dans le cinéma français, j'y ai vu un parti pris risqué mais audacieux" (Gilles LELLOUCHE)

"L'idée de ce film m'est venue quand j'ai dit à GUILLAUME LEMANS, mon complice scénariste: " Il faudrait que notre prochain film soit encore plus tendu ( que  Pour elle"), encore plus sur l'action et qu'il se déroule entièrement sur un rythme de la dernière demie heure de " Pour elle" (F C).

Habituellement, on classe en catégorie B ce genre de film. Là,malgré l'abscence volontaire de dialogue on peut aller le voir  comme un film de divertissement qui rappellera les tribulations de BEBEL dans ses heures de gloire  ; Gilles LELLOUCHE ne s'est pas entrainé à la course a pied pour rien !.

*

Posté par uscgtaphm à 11:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 novembre 2010

LE NOM DES GENS: LA POLITIQUE EST ELLE ENCORE AFFAIRE DE CONVICTION?

Voilà une comédie sans morale qui tourne au débat d'idées loufoques sur le sexe et la politique avec humour.

Cette histoire de militante qui trimbale ses convictions personnelles  pour convaincre les électeurs potentiels qui sont des adversaires politiques de voter comme elle  montre que le déterminisme n'est efficace que s'il s'accompagne de l'idée de ne rien s'interdire si on veut gagner; les bons sentiments doivent être laissés au rancart. Le réalisateur n'a pas fait dans la dentelle, il fait dans l'auto-dérision et se défend d'avoir traité de la politique ,même si dans un séquence on découvre l'ex 1° ministre JOSPIN, candidat balayé aux présidentielles (devancé par LE PEN).

Pour LECLERC, ce film s'est bâti autour de morceaux d'expériences de lui est de sa femme: "parler de soi en se moquant pour laisser entrer les autres dans l'histoire"..."je voulais jouer sur le décalage entre des thèmes souvent graves,la politique, les traumatisme de l'enfance et le traitement glamour de la mise en scène... L'auto-dérision et l'auto destruction sont typiquement français"(M.L)

"on avait envie de réagir à tout un discours déterministe autour de l'identité et des communautés que l'on trouve insupportables et dans les quel on ne se reconnait pas. Les injonctions de la société sont simplistes et imposent un certain type de comportements en fonction de ses origines. Or on peut très bien ne pas s'y conformer! (BAYA KASMI)

"En France la question des origines est à la fois complexe et obsessionnelle.Comment rester fidèle à ses racines sans être communautariste? Comment être athée sans renier ses origines? ces questions là nous passionnent"... " ne pas aimer la France c'est souvent très français, ce qui évidemment n'est pas en accord avec la politique menée sur ce thème. Être français c'est aussi couper le tête des Rois, se révolter et détester le nationalisme"

"Les personnages de mon film sont eux mêmes le fruits d'un mélange et ils ne s'identifient donc plus aux problèmatiques des immigres de 2 ou 3ième génération, le nom du personnage n'est pas forcément révélateur de ce qu'elle est ou censé être... C'est à chacun de définir sa propre identité, pas aux autres"...."J'ai préservé un espace liberté par rapport au scénario, ouvert à l'improvisation... Pour Bahia la nudité n'a pas d'importance; elle se comporte nue de la même façon qu'habillée, sans y mettre de sexualité...Sa nudité et banale et c'est quand elle se rhabille que nait le désir...C'est un personnage courageux. Elle estime en effet qu'il vaut toujours mieux agir -même mal- que de ne pas agir du tout. Sara FORESTIER à la drôlerie et la gouaille pour faire passer l'humour, la vivacité, la fraicheur et l'absence de pudeur sans vulgarité. Sara nous donne la complexité d'un personnage qui souffre de ne pas ressembler à une arabe alors que son père est d'origine algérienne, ; c'est ce que l'on recherchait.Les parents de Bahia, eux, sont marqués par les années 70 alors que ceux d'ARTHUR se sont construits sur l'idée qu'il fallait panser les plaies de leur propre passé en passant sous silence la période d'occupation...Ils croient que le monde des années 50 va devenir meilleur grâce au développement du lave vaisselle et du grille pain".

Ce film, totalement original, est ce qu'il faut dans le moment présent.

*


Posté par uscgtaphm à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]